Langue (s), un bien partagé ?

Christine Jeansous
vendredi 13 mars 2009
par Pierre Mortimore
popularité : 14%

La France est le plus souvent vécue, voulue, considérée comme un pays monolingue et culturellement homogène. Pourtant, la plupart des citoyens français ont eu affaire avec au moins deux langues dans leur enfance, le français et... grattez un peu, interrogez, mettez en confiance... cassez Ie mythe de la fiction d’une France monolingue... apparaît alors une deuxième langue, langue d’écoute, comprise ou pas, ou langue parlée, langue reniée, effacée ou langue revendiquée, langue indigène (occitan, basque, breton, corse, alsacien, Créole,...) langue immigrée de France (berbère, yiddish,...) ou langue immigrée (italien, espagnol, portugais, turc, ...). Comme la plupart des pays du monde, la France est plurilingue et le nier serait meconnaître sa realité historique, ethnologique, sociale. « Connaître les pratiques linguistiques c’est prendre (...) conscience que la quasi-totalité des francais sont multilingues ». Pourtant ce mythe est bien présent. « Le concept même de droits linguistiques apparaît très peu dans les débats français sur les langues, le statut de ces droits comme droits de l’homme et du citoyen y reste largement impensé » alors même que la plupart des grands pays démocratiques reconnaissent des droits linguistiques et culturels à leurs citoyens...

Lire la suite dans les pages jointes.



Documents joints

page1
page1
page2
page2
page3
page3