Rencontres de Bréau 2014 : du 3 au 12 juillet 2014

Le Yiddishland à la Rencontre des Cévennes un lieu de pluralité, dans la danse de nos différences
mercredi 4 juin 2014
par Lilian Brower Gomes
popularité : 53%

Venez partager vos réflexions, expériences, engagements, créations...

Oeuvrer pour un monde meilleur

« C’est important d’oeuvrer pour un monde meilleur » dit Noam Chomsky(...) « Si les gens percevaient son humanité, ils seraient plus enclins à considérer tout ce qu’il a à dire sur la politique et l’environnement. » dans le film de Michel Gondry « Conversations Animées avec Noam Chomsky », de 2013 .

La semaine de Bréau peut-être l’occasion de découvrir que nous sommes nombreux à le faire et que nous oeuvrons dans beaucoup de domaines différents.

Chacun prend une part dans cet ouvrage, dans ses 24h par jour à vivre. Chaque association oeuvre avec quelques membres qui donnent beaucoup et s’épuisent souvent. Pour favoriser un regard nous permettant, tout petits qu’on soit, "d’y croire", de sentir qu’on compte dans la construction de ce(s) monde(s) meilleur(s) on vous propose un programme qui avec son côté hétéroclite devrait permettre de :
- connaitre les actions et créations des personnes et associations autour de nous ;
- se relier dans les différences ;
- prendre la mesure de l’étendu, de la variété, de la complémentarité de ce travail ;
- pour tisser une représentation de cet ensemble qui nous fasse sentir moins "seuls".

(démarche à développer et approfondir ensemble...)

Langue-culture, mais de quelle culture parle-t-on : des arts, des lettres ?

De la culture au sens large, telle que la définie l’Unesco, soit l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent un groupe social englobant, outre les arts, les lettres et les sciences, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances.

La semaine de Bréau peut-être l’occasion de découvrir la culture dans beaucoup de domaines différents. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre la grande diversité de propositions à la semaine. Pas comme un fourre-tout mais comme l’expression de notre créativité, de nos initiatives, de notre apport à la construction culturelle dans ses multiples dimensions. A nous de sortir des sentiers étroits de l’ultra spécialisation. A nous de faire en sorte qu’il y ait pollinisation. Que ce soit fécond.

L’association et les langues

Claude Sicre et Felix Castan Félix Castan considèrent que "les occitanistes (et tous les autres "istes" des autres langues) ne peuvent défendre efficacement leur propre langue qu’en défendant toutes les langues du monde, menacées ou déjà victimes de minorisation, occultation, disparition". www.arnaud-bernard.net - Toulouse

Les préoccupations de l’association ? Faire vivre le yiddish, l’occitan et avec elles toutes les langues-cultures sans distinction, en s’opposant aux ostracismes et exclusions. Autant dire pour l’égalité de droits et d’existence aux langues-cultures et aux personnes sur tous les plans dans la "plus parfaite" pluralité. Eh oui, très ambitieux dit comme cela. Cependant rien nous empêche de commencer petit, chacun à sa manière, par ses questionnements dans les domaines de sa préférence, l’exploration des chemins à prendre, la compréhension des pièges qui nous ramènent aux sentiers battus que l’on souhaite éviter. d’ailleurs nous sommes nombreux à avoir commencé. Puisqu’il n’y a pas de réponse unique et absolue à atteindre, il nous reste de recherches et bouts de chemin en commun, de l’enrichissement et ensemencement mutuel, au fur et à mesure, à notre taille humaine.

Qu’est ce qu’une langue ? Pourquoi s’en préoccuper ?

Catitu Tayassu qui en plus de son "vivier virtuel de langues" anime une page facebook où les publications sont strictement liées aux langues, aux cultures, aux peuples et au développement durable de la planète et de notre planète-corps-esprit. Son travail avec le langage corporel, avec l’esthétique intérieure (âme, esprit, corps) avec l’épistémologie psychomoléculaire, enfin tout ce qu’elle traduit et développe concernant la langue-culture du corps et ses liens intergénérationels sont une extension profonde de son travail culturel et intellectuel de promotion des langues. www.pourlavieailleurs.org-Fr...

Eh oui, la langue ce sont les peuples que les changements climatiques et la disparition de la biodiversité ferait aussi disparaitre. La langue c’est aussi notre planète intérieure, notre perception du corps, le lien entre tout cela et plus encore. La disparition ultra rapide des langues est signe de la difficulté de faire du lien entre les différentes dimensions de l’humain, de l’impossibilité de vivre dans un monde conçu comme pluriel aux échanges enrichissants. Au contraire la pensée unique de la domination économique et culturelle avec son l’idéologie de la consommation écrasent tout ce qui ne s’y conforme pas.